J’ai passé le week-end dernier en France. J’avais une réunion à Paris le lundi matin et j’en ai donc profité pour passer quelques jours dans la capitale. J’ai pris l’avion le vendredi soir de Cracovie pour arriver à Orly vers 22h. Il y a deux terminaux à l’aéroport de Cracovie ; l’un pour les vols domestiques et l’autre pour les vols internationaux. C’est assez étrange, par ailleurs, de constater que les voyageurs qui passent par le terminal international sont moins bien lotis que ceux qui empruntent le terminal domestique.

D’autre part, je suis malheureux, car l’aéroport de Cracovie se situe au nord-ouest de la ville et je n’ai pas eu la chance d’apprécier la vue du ciel, sur la ville, pendant la nuit. En revanche, c’est la première fois que j’arrivais à Paris Orly plutôt qu’à l’aéroport Charles DeGaulle. Ce dernier est situé plus loin du centre de Paris que Orly et il faut noter la vue imprenable sur la ville, le soir, la Tour Eiffel se reconnait facilement grâce à son phare en rotation, elle apparait toute petite, étincelle et brille comme un diamant.

J’ai écris quelques mots à bord de l’avion, accompagné d’un Cabernet Sauvignon glacé et hors de prix… transavia.com, la compagnie sur laquelle je voyage, est une filiale du groupe Air France – KLM. Le Boeing 737 à bord duquel je vole offre des programmes de télé sur écrans communs pour la modique somme de 3€, comprenez l’achat des écouteurs. Je préfère écrire que de regarder les ‘Desperates Housewifes’.

Après une heure de trajet pour arriver à la Porte de Versailles, je rejoins mon ami Jeremy au Dupont, et je commence alors un week-end en fanfare. Je suis pris en embuscade et je reste dans le bar après la fermeture…

Au réveil, un nouvel ami viens nous chercher pour aller manger dans un resto chinois infect, puis m’invite à une fête d’anniversaire dans le 10e arrondissement. La soirée se passe tant bien que mal, entre les voisins qui n’appellent pas la police mais qui nous virent manu militari de l’appartement (50 personnes, il faut leur reconnaitre beaucoup de courage!), et les entrées difficiles dans des bars bondés à 2h du matin.

Dimanche, enfin un peu de repos. Nous décidons d’aller marcher et choisissons le cimetière du Père Lachaise. De Chopin à Morisson, en passant par Molière et LaFontaine côte-à-côte, la visite est intéressante mais frisquette. Le soir, nous nous rendons dans le ventre de Paris, comme disait Zola, à Chatelet pour voir ‘J’irais dormir à Hollywood’, d’Antoine de Maximy, au cinéma.

Lundi matin, réunion de travail sur les quais de Seine, nous avions beaucoup à nous dire, lundi soir, re-embuscade au Dupont. Mardi, journée de travail et Mercredi, retour au bercail. Après un weekend et un début de semaine bien agité, je me sens à la maison :-)

Un weekend à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience utilisateur sur notre site internet.
En savoir plus sur les cookies
Ok